test

Partagez | 
 

 Gras, souligné, texte normal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Admin
Admin
Messages : 55
Globules : 138
Date d'inscription : 24/08/2007
Age : 38

Feuille de personnage
MMMMM: MMMM
PPPPP:
MessageSujet: Gras, souligné, texte normal   Mer 30 Déc - 21:54
Voici deux exemples de posts pour vous montrer le niveau que nous attendons ici et que nous exigeons. Vous pouvez également consulter les fiches de présentation validées pour juger du niveau accepté.

Exemple de RP
« Amour contre Discorde »
feat. Ashton Scion & June Milligan

June

June était une fan incontestée des températures clémentes et des journées de soleil. En ce mois de janvier relativement froid, elle aurait aimé prendre l'avion et se retrouver en plein centre de l'Inde ou encore au Mexique. C'était d'ailleurs son habitude lors de sa toute première vie, quand elle n'avait pas encore rencontré l'homme qu'elle aimait et fondé une famille avec lui. L'Ange s'arrangeait toujours pour ne jamais se trouver quelque part en plein hiver, simplement parce qu'il n'y avait rien de plus désagréable que devoir mettre de quatre couches de vêtements avant de sortir. Depuis une dizaine d'années pourtant, les plans de la blondinette n'étaient plus les mêmes. C'était comme si décembre, janvier ou encore février avaient changé de visage. Elle adorait se promener au parc avec sa fille et la voir s'éclater dans la neige. Pas plus d'une semaine auparavant, elles avaient construit un magnifique bonhomme de neige dans leur jardin. En rentrant du travail, Samuel s'était émerveillé et n'avait pas hésité à prendre cette oeuvre d'art en photo avec les deux créatrices. Evidemment, le bonhomme n'avait rien de bien exceptionnel pour des regards extérieurs : des grains de café en guise d'yeux, l'indétrônable carotte pour le nez et un bâton représentant la bouche - choisi légèrement tordu pour former un sourire. Selon Coraline, il n'y avait pas d'intérêt à faire un bonhomme de neige s'il n'était pas sympathique. June avait ri à cette remarque et avait regardé son enfant de dix ans de la manière réservée aux mamans fières de leur progéniture.

Ce fut donc sans aucun regret que l'Ange se vêtit d'un pull en laine, de son manteau blanc si cher à ses yeux - bien qu'elle ne le mette pas souvent - et d'une écharpe assortie. Il était dix-sept heures trentes un samedi après-midi : Samuel étant à la maison, il pouvait garder Coraline le temps que sa compagne fasse quelques courses. Millie avait prévu de passer chez le boucher pour acheter de la bonne viande, et faire un petit tour en grande surface afin de voir quel accompagnement irait avec la bavette de boeuf. Si elle ne traînait pas trop, elle aurait le temps de tout cuisiner avant l'heure du repas.
Après un bisou aux deux personnes qui comptaient le plus pour elle, June quitta donc la maison. La voiture ne sortirait pas du garage : bien que l'Ange n'utilise pas sa grande vitesse très souvent, elle avait l'intention de marcher. Le temps s'y prêtait finalement... Il ne faisait pas très chaud, toutefois il n'y avait pas de vent. Autant en profiter car ça ne durerait certainement pas.

Dix minutes plus tard, June passa devant une librairie qui attira son attention. Elle n'y avait jamais mis les pieds, pourtant la vitrine était attirante et présentait des romans susceptibles de l'intéresser. Jetant un oeil à sa montre, elle grimaça mais décida de s'y rendre quand même. Les autres commerces n'étaient pas encore prêts de fermer, elle avait bien cinq minutes, non ? Quand Sam apprendrait son petit détour, nul doute qu'il éclaterait de rire : June adorait lire et pouvait autant résister à un bon bouquin qu'à l'utilisation de ses pouvoirs.
La jeune femme poussa donc la porte du magasin et observa la pièce. Il n'y avait personne à la petite réception qui servait de caisse, la libraire était certainement en train de ranger de nouveaux livres dans les rayonnages. Voilà un métier que la blondinette aurait aimé faire ! Mais ses voyages lui prenaient beaucoup trop de temps, et elle n'allait certainement pas se cantonner aux alentours de Kingstorm pour pouvoir se prendre un job... Tout le monde avait besoin d'amour ! Certes elle n'était pas la seule Ange avec le même pouvoir à se déplacer, mais ça ne changeait rien à l'histoire. D'une nature extrêmement généreuse, June n'avait aucune tristresse à taire ses propres désirs pour remplir ceux des autres. Et puis, cette existence était loin, très loin de la rendre malheureuse !

Eternelle romantique dans l'âme, Millie se lança vers les rayons des romans à l'eau de rose. Elle passa devant une tête de gondole où reposait un livre venant de sortir en format poche, et dont la couverture attira immédiatement son attention. La jeune femme stoppa et se retourna, saisissant l'un des ouvrages. Elle connaissait l'auteure pour avoir lu une bonne dizaine de ses bouquins déjà, mais avait du passer à côté de celui-ci. Il se nommait
Princesse et le résumé disait ceci : Vivre avec son temps : la fille unique du prince du Liechtenstein, Christianna, en rêve. Grâce à sa force de caractère, ce souhait – parcourir le monde, loin de l'existence dorée planifiée par le souverain, des obligations dues à son rang et des mondanités –, sera bientôt une réalité.
Sur ses insistances répétées, son père cède : Christianna obtient la permission de travailler quelques mois incognito pour la Croix Rouge, en Afrique. Libre de toute contrainte, elle s'investit pleinement et entame un vrai combat auprès des plus démunis. Absorbée par sa mission elle ne voit pas les semaines défiler et l'heure du choix le plus important de sa vie se rapprocher…

Ni une ni deux, elle l'embarqua avec elle, cette histoire promettant d'être des plus intéressantes ! Décidant de faire une petite surprise à sa fille, June se rendit aussi dans la partie où se situaient les livres pour enfants et prit l'un des Grand Galop qui manquaient à la collection de Coraline. Normal pour une enfant de dix ans d'avoir une passion, et celle de Coraline était les chevaux. Elle était toujours heureuse quand ses parents lui ramenaient quelque chose en relation avec les équidés, même si ce n'était rien de plus que des autocollants. Fin prête, June se dirigea vers la caisse et appuya sur la petite sonnette. Une porte menant vers l'arrière était entrouverte et du bruit en provenait. Tout compte fait, la libraire était probablement occupée à déballer ou référencer plutôt que mettre en rayon. En attendant que cette dernière arrive, Millie déposa les deux livres sur le comptoir et sortit son portefeuille.

_______________________________

Ashton

Ashton passa la porte de la petite maison, non sans avoir embrassé le vieillard sur le front avant de sortir, s'enroula encore plus étroitement dans son écharpe, et enfonça plus profondément ses doigts gantés dans ses poches. Dès qu'elle fut dans la rue, une légère brise lui caressa le visage et ses cheveux voilèrent sa vision. Une larme perla sur sa joue, il n'en avait plus pour très longtemps. La respiration douloureuse, presque meurtrie, Ashton prit lentement la direction de la petite librairie où elle travaillait, histoire de s'occuper un peu les mains et l'esprit, mais le cœur n'y était pas, elle était trop obnubilée par la mort prochaine de son fils. Que lui resterait-il lorsqu'il ne serait plus là? Son mari était décédé, Anthony ne tarderait pas non plus... Si Ashton avait été une démone « pure et dure », jamais elle ne se serait laissée embarquer dans toutes ces histoires: amitié, amour, mariage, enfant... Mais elle était mi-humaine, et bien qu'elle soit physiquement une immortelle, son cœur était loin d'être totalement noir. A défaut d'aimer le mal, il colorait néanmoins sa vie, et même si elle ne provoquait pas la mort, il était clair qu'elle répandait plus le malheur que le bonheur autour d'elle; mais cela faisait partie des choses qu'elle ne pouvait pas changer, son humanité avait ses limites et elle était bien incapable d'être meilleure que ce qu'elle était.

Elle jeta un coup d'œil dans une vitrine, elle y vit une horloge qui lui indiqua que la pause déjeuner était bientôt finie. Quelques minutes plus tard, elle fit face à la porte de la petite boutique. Elle chérissait ce lieu de silence et d'imagination. Ashton avait décidé d'ouvrir une librairie pour le plaisir, et un peu aussi pour s'occuper, mais elle n'avait guère besoin de travailler, les économies de sa vie passée n'étaient pas moindre. Tournant la clé dans la serrure de la porte vitrée, un déclic retentit dans l'air froid et elle entra. Ashton déposa ses affaires dans l'arrière-boutique et transféra deux gros cartons de la petite pièce au comptoir. Son après-midi serait consacrée au rangement des derniers livres reçus.

Alors qu'Ashton faisait de nombreux aller-retour dans les rayons pour ranger les livres, elle finit par faire tomber le petit cadre qui trônait sur le comptoir – elle datait d'une soixantaine d'années, Ashton était alors accompagnée de Maxim, son mari, et d'Anthony, alors enfant.

« Rah! » râla-t-elle à voix haute.
Elle espéra ne pas l'avoir abîmé, et fila dans l'arrière-boutique récupérer une brosse pour nettoyer les éclats de verre. C'est alors que la clochette de la porte retentit ,et lorsqu'Ashton retourna près du comptoir, la personne qui était entrée pendant son absence était déjà perdue dans les rayons. La démone nettoya les débris, et posa le cadre brisé et sa photo sur le comptoir; puis elle retourna dans la pièce contiguë se débarrasser les mains. C'est alors qu'elle eut une drôle d'impression. Elle ne sut dire ce que c'était, et sur l'instant, cela ne l'inquiéta guère; c'était une de ces journées où elle n'était ni très alerte, ni très attentive. C'était une de ces journées où elle allait voir Anthony.

Elle prit donc un nouveau carton avant de retourner dans la pièce principale et le posa par terre avant de se tourner vers sa cliente:

« Bonjour, madame! » la salua-t-elle avec un sourire composé de toutes pièces. « Vous avez trouvé votre bonheur? »
Ahston saisit les livres pendant ce temps, enregistra les prix sur la caisse, et glissa les petits ouvrages dans un sac en papier frappé aux couleurs de la boutique.
« Cela vous fera... » continua-t-elle, annonçant le prix des achats.
C'est à cet instant qu'Ashton réalisa. L'impression de malaise qu'elle avait ressenti dans l'arrière-boutique n'avait rien à voir avec elle. C'était simplement l'aura d'un immortel qui lui était parvenue. Elle fronça imperceptiblement les sourcils, mais s'abstint de tout commentaire, mais leva les yeux vers la jeune femme blonde qui lui faisait face. Un ange, de toute évidence.

© Angel's Breaking-up et les auteurs respectifs - Toute copie partielle ou totale interdite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://essai.forumice.net
 

Gras, souligné, texte normal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Livre 1 ☆ Le Nuage des Anges :: Dénouement-
Sauter vers: